Etoile desneiges…

ça me dépasse, tous ces gens qui partent au ski en ce moment. Et qui s’en réjouissent, en plus ! Quelle drôle d’idée, vous avouerez.

D’aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais aimé le ski. Ou plutôt non, c’est le ski qui ne m’aime pas, ne confondons pas tout.

Il faut dire que je ne suis pas née avec des skis dans la main. Ma toute première fois, toutoute première fois remonte ? mes… 15 ans. J’étais au lycée, un séjour au ski s’organisait. J’ai signé de suite, toute guillerette ? l’idée de voir la neige pour la première fois (ce qui bien sûr, est une image). Si la semaine se passa plutôt bien, elle marqua également le début de ma brouille avec la physique : le matin, nous avions cours… Un mot complètement improbable lorsqu’on est supposé être en vacances. Autant vous dire que la mole et toutes ces conneries, j’ai tôt fait de zapper… Mal m’en pris, mais c’est évidemment une autre histoire.

Mon deuxième séjour de ski (rassurez-vous, il n’y en a pas 15 non plus) me fut l? encore offert par mes parents. Je commençais tout juste une amourette avec mon mâââri d’aujourd’hui (souvenirs souvenirs !). Le BDE organisait un séjour. Mon mââri, alors trésorier dudit BDE, poste empreint d’une coolitude absolue s’il en est, y allait. Ma mère, adorable comme ? son habitude, m’inscrivit en catimini.

Et l? .. Ce fut le drame. Outre le fait que nous partagions notre douillet studios avec une américaine qui avait décidé de rester cloîtrée toute la semaine ? tricoter et torpiller nos réserves de nourriture, avant, évidemment, d’évacuer élégamment le tout via une bonne gastro inévitable au vu de la quantité de bouffe qu’elle ingérait, je fus rapidement inclue dans un groupe de pros. Des vrais.

Le premier jour, et ce malgré une mini tempête locale, le groupe décide de dévaler une pente. Celle-la, l? , tout la haut sur la montagne, même qu’on la devine ? peine tellement la neige virevolte impétueusement. Pas question de faire la rabat-joie. Je me motive, fais fi de la peur qui me tort le ventre et suis le groupe vaille que vaille. En haut de la pente, c’est une horreur : il y a tellement de vent que même dans la position ultra gracieuse du chasse neige, la seule que je maîtrise ? vrai dire, je glisse. Alors que les autres dévalent déj? la piste, je reste coincée en haut. Mon Dieu, la neige est tellement dure que je ne peux même pas planter mon bâton. Le ravin se rapproche peu ? peu, j’ai froid, j’ai peur, je vais mouriiiiiir !. En désespoir de cause, je me laisse choir et décide de glisser sur les fesses, ? défaut de pouvoir assurer sur mes skis…

Le deuxième jour n’est pas plus brillant : arrivée en haut d’une autre piste, que, suite ? mon échec cuisant, l’on m’avait vendue comme étant « hyperfacile tu vas voir, finger in the nose », je constate que ladite piste est en fait une piste avec une jolie pente de malade. Comme ça, ? vu de nez, au moins 80°. Je laisse tout le monde partir avant de réaliser que l? , derrière moi, se trouve un charmant petit café dont la terrasse est inondée de soleil. C’est un vrai miracle, Dieu m’a entendue et je ne peux décemment PAS décevoir Dieu.

Me voil? donc attablée avec un bon grog entre les mains lorsque j’aperçois mon futur mâââri. Pantelant, rouge comme un bœuf et le regard chargé de colère et d’angoisse tout ? la fois, je réalise qu’il a remonté la piste en ski parallèle. Tout ça parce qu’il m’a pris au mot quand je lui ai dit « ? tout de suite, on se rejoint en bas ! » pfffffffffff, cette manie de croire tout ce que je dis.

Je termine la journée avec un mec ulcéré, un plan terrasse-bronzette-grogette avorté et la peur au ventre puisque bien sûr, l’homme refusa tout net de me laisser peinard en haut de cette piste, arguant que si je ne descendais pas l? , maintenant, tout de suite avec lui, je ne pourrais jamais redescendre qu’avec les chasses neige. Le pire, c’est qu’il avait raison.

La fin du séjour fut plus calme, puisque je m’évertuais ? éviter de choper la gastro de ma charmante colloque, planquer la nourriture hors de sa portée, débloquer ma trouille en restant seule, toute la journée, sur des pistes que même les vertes ? côté elles te font rigoler. Le tout en ayant froid, évidemment.

Inutile de vous dire que le premier qui me parle de ski risque de se faire recevoir !

Commentaires

C’est ça le problèmes des sports de glisse… ça glisse! Au fait, tu ne serais pas Marseillaise? Car une pente de 80° c’est quand même un peu exagéré 🙂

Je comprends ce que tu as vécu, c’est arrivé ? un ami qui a découvert le ski en week end entreprise. Il a surtout découvert qu’il détestait ça!

Répondre

Je me souviens de ma première fois qui se termina par du hors piste ? l’heure où la station fermait et un horrible champ de bosses. Vaccinée ? tout jamais!

Répondre

1ère fois ? 17 ans. Sans doute trop tard car ce que je préfère au ski, c’est le resto en altitude.. Alors je vote pour les cocotiers. Y’a autant de soleil et je n’ai pas peur de me casser une jambe !

Répondre

J’ai eu la mm premiere fois que toi … mais qqs annees apres 😉
Et j’en garde un souvenir genial … C’etait quand mm bien marrant … Meme si bon, ok, je dois avouer, les cours le matin c’etait l’enfer …
T’etais parti avec M. Montagne aussi ?
Maintenant, j’avoue que j’aime bien le ski mais seulement entrecoupe de pause soleil a la terrasse du cafe =D

Répondre

J’ai ? peu près le même goût que toi pour le ski (pourtant les montagnes étaient ? deux heures de l’école).
En revanche je crois bien que j’ai toujours ma luge : un plateau de self "emprunté" au lycée. :o)

Répondre

Le ski j’en ai fait tous les ans quand j’étais petite… donc logiquement je maîtrise un peu quand même… Et puis arrive ma première classe de neige, sept ans après ma dernière expérience sur des skis… hum hum
Je me souviens encore des profs qui n’arrêtaient pas d’insister pour qu’on sonne sont "vrai" niveau. Ba moi j’ai donné le miens… sauf qu’au bout de sept ans sans ski, c’est pas comme le vélo, ça revient pas aussi vite je trouve !
Dans le groupe où j’étais, la première piste qu’on a faite…noire évidemment sinon c’est pas drôle… je me suis cassée la figure au moins 10 fois, ils m’attendaient tous en bas, me regardant terminer ma glissade sur les fesses, comme toi DeeDee… la honte de ma vie ! Heureusement, dans l’heure qui a suivit on ma changé de groupe, et j’étais déj? plus ? l’aise !!

Aujourd’hui, ça doit faire 5 ans que j’ai pas fait de ski… mais l’Homme lui, n’en a jamais fait, donc pour nos premières vacances au ski, je sens qu’on va bien se marrer !!! Affaire ? suivre !

Répondre

Moi non plus, je n’aime pas le ski. A 11ans, j’ai eu ma première expérience, effrayée par la monitrice, je n’osais pas lui dire que je voulais faire pipi. Résultat, tous les jours je faisais dans ma combi. Après vers 20 ans, j’y suis retournée avec des copains, j’étais tétanisée ? l’idée de descendre une piste. Quelques années après, c’est mon fiancé qui a essayé de m’y convertir. Malheureusement pour lui, il m’a appris en premier ? freiner. Résultat, j’ai mis 2h (montre en main) pour descendre une piste verte. en bas, je n’avais qu’une envie, rentrer au chalet. Depuis, je fuis comme la peste les vacances au ski.

Répondre

Heureusement, les Sports d’Hiver ne se résument pas au ski, il y a aussi toute une ambiance séduisante et chaleureuse, la neige, le froid, les pulls douillets, les chalets de bois, les longs dîners entre amis, les paysages sublimes et reposants, le soleil et la glandouille d’altitude (merci les transats), les feux de cheminée, les douches bien chaudes, le vin bien chaud aussi, bref tout ce qui rompt la monotonie de la vie quotidienne et donne un charme si particulier, et indispensable, ? la montagne en hiver.

Répondre

Salut!
J’AAdôôôôrre le dessin.
Perso je suis jamais allé au Sk"aî", alors je peux pas juger mais ca doit être bien dépaysant; j’aurai même dis relaxant mais apres ta lecture je m’abstiens^^.
Bonne journée ? tous!

Répondre

Je ne supporte pas davantage le ski!! je n’arrive pas ? saisir quel plaisir, on peut y éprouver! M’enfin chacun son truc!

Répondre

Moi j’adore le ski et pourtant il ne me le rend pas bien. En vrac, je me suis pris un skieur ? pleine vitesse car il prenait un sens interdit, je suis passée ? deux doigts de tomber dans un ravin (2 mètres en fait) et je me suis ouvert la tête avec mon propre ski (3 points de suture). Je devrais peut-être arrêter les dégâts cela dit ?

Répondre

Je ne te raconte pas mon séjour au ski….il ressemble étrangemment au tien mais ce jour l? tout en haut de la montagne j’ai cru ma dernière heure arrivée.

Bonne jounée 🙂

Répondre

J’adore cette illustration. Pour le ski, je devais avoir l’âge du petit con l? dernière fois que j’y suis allée.

Répondre

Même sentiment de néant absolu face ? ce sport en vogue ! mais l? je vis ? Grenobe depuis quelques mois et ici un seul mot d’ordre : ski, surf et tout le toutime. Alors je ne vais pas rester sur une mauvaise impression et je me sens un peu obligée de "profiter d’être l? pour apprendre vraiment" comme tout le monde me dit. Allez promis j’emmène mon grand sur les pistes … bientôt

Répondre

Ah bah tiens, justement, j’y pars ce soir ! mais bon, moi c’est pas pareil, je suis née en montagne, les skis au pied…

Répondre

Bon, ça fait plusieurs fois que l’envie du commentaire titille mon clavier, mais l? je tiens plus, allez j’me lance ! M’enfin, faudrait bien au moins UN commentaire positif sur le ski, non ? Alors voil? , croyez-moi si vous voulez : j’adore le ski, faut pas croire que ça sert qu’? se casser une jambe et ? s’humilier devant les copains, on peut aussi trouver des pistes ? son niveau et prendre un pied pas possible ? avaler des descentes ? fond ? foooonnnnd ! Bon OK je ne suis pas objective… Mais un hiver sans ski reste pour moi comme un été sans chaise longue au soleil, voyez ce que je veux dire…
Pêle mêle Deedee : bravo et merci et continue et … ? quand les retrouvailles autour d’un bon café ? (allez pour être solidaire je te raconterai mes dernières gamelles sur 2 planches … 🙂 )

Répondre

Alors, l? , non, je m’insurge: la physique c’est fantastique! ^^ En plus la mole et toutes ces…hum, charmantes choses, c’est de la chimie, pas de la physique! (oui, nous les physiciens sommes très ? cheval sur le vocabulaire surtout quand il s’agit de nous confondre avec des chimistes).

Répondre

Deedee, je t’aime !!! Tu ne peux pas savoir comment ton billet tombe ? pic ! Toute ma boite va au ski lundi pour un "team building" sauf que moi, née aux pieds des Pyrénées, je hais le ski d’une force, mais d’une force. Je suis en train des rassembler tout mon courage pour dire ? ma chef que lundi, hein, j’ai pas envie de me les geler toute la journée en attendant qu’ils aient finis de skier. Parce qu’ils skient tous, dans ma boite !!! Faut que je déménage ? Paris, c’est le genre de chose qui doit être moins monnaie courante qu’? Toulouse …

Répondre

C’est vrai ça !!!

C’est quoi tous ces gens qui partent au ski en ce moment?

Pourquoi ils ne partent pas en août histoire de profiter des grandes vacances et avoir moins froid ???

Répondre

lol quelle histoire dis donc! lol
j’afdore monter ? la neige mais juste pr le plaisir de voir, toucher la neige, buller en terrasse etc… et surement pas pour faire du ski ou du snow!! (moi aussi de sérieuses ref qui depuis font que je detetse les postrs d eglisse!)

chaque hiver j’apréhende dc le jour où cheri me dirat: ça te dit qu’on monte ce week end… oh oui super …. parceque je sais quil va vouloir jouer les professeur avec moi! et moi je deteste ça!!!

Répondre

Kikou Deedee!
MDR ton post! lol 😀
Figure toi que moi aussi j’ai horreur de la neige! mais comme je ne m’appelle pas Spike Desneiges, ça parait moins bizarre! hihihihihi!!!!
Mais alors est ce que ton mâââââri part tout seul au ski s’il aime ça et pas toi? Comment faites vous?
hihihi!

Répondre

Héhé, pour avoir commencé le ski ? l’âge de 3 ans, je ne suis pas plus douée que toi, bien au contraire. Le comble de l’horreur, c’est essayer de garder le rythme en suivant mon groupe de copains super pros, me faire distancer bien évidemment, les rejoindre au bout d’un quart d’heure en suant sang et eau, et les voir repartir aussitôt parce qu’ils sont reposés, eux (et vouloir mourir, l? , tout de suite)
N’empêche, je n’y suis pas retournée depuis 7 ans, limite ça me manque !!

Répondre

Huhu, pendant de longues années j’ai hais le ski, ça m’amusait plus du tout, justement pour des histoires comme les tiennent.

Et puis j’ai découvert le plaisir d’aller skier une journée ou un week end hors saison.
Tout est different dans ces conditions. Je recommande cette façon de faire qui, quoique un poil plus cher, rend le plaisir intect.

Répondre

Je te rassure, je suis pas trop ski non plus, mais les pistes sont ? une heure de chez moi donc j’en entends parler très souvent !!!

Répondre

La première fois que je suis montée sur des skis, j’avais 3 ans … mon père est un malade de glisse donc tous les ans nous allions au ski pendant une semaine. La devise était alors "tu as signé, c’est pour en chier". 6 jours non stop de ski de 9h30 ? 17h … Les trois premiers jours c’est l’extase … les 3 qui suivent tu en as marre.
Je ne renie pas mes vacances au ski avec mes parents et mon frère, ce sont des souvenirs merveilleux. J’aime skier (je sais skier en fait). Mais j’avoue que je n’ai pas mis les pieds ? la montagne depuis 3 ans et que je m’en porte très bien aussi.

Répondre

Mon sang n’a fait qu’un tour en lisant "Le ravin se rapproche peu ? peu, j’ai froid, j’ai peur, je vais mouriiiiiir !". J’ai revis le même sentiment que j’avais quand j’ai failli mourir au ski !!!
Remarque j’ai failli mourir ? tous les sports, maintenant que j’y repense lol.
Et d’ailleurs, pour en revenir au ski, j’ai fait la même chose que toi, je suis tombé sur mes fesses, mais en plus je suis rentré dans un groupe de gens !
PS : les questions de ton anti-spam m’obligent ? réfléchir, c’est dur !

Répondre

Oups, tu ne pourrais pas corriger stp ? J’ai mis mon mail ? la place de mon pseudo ! C’est encore ton anti-spam qui m’égare 😉
Je dois compter et retenir sur mes doigts tout en pensant ? ce que j’écris… alala. Alors j’en étais ? 18 moins 18…

Répondre

Aucun bon souvenir de ski… des gamelles, des pistes de vertes… des guillerettes qui me pique mon ex… je hais les pistes définitivement !!

Répondre

Deedee, tu es une narratrice exceptionnelle, j’ai frissonner a toutes tes aventures… Moi je dis un homme qui remonte toute une pente juste pour tes beaux yeux, ben t’as bien fait de l’epouser… Bravo Monsieur.

Répondre

Comme je te comprends, même moi qui suis ? pied d’oeuvre, je déteste le froid, la foule, la cohue et les pentes, le brouillard,et bien évidement le froid !! Vive les tropiques en hiver

Répondre

Je suis comme toi : comment peut-on aimer avoir le nez qui coule, la marque des lunettes de soleil et les lèvres gercées alors que de jolies petites îles baignées de soleil nous attendent?

Répondre

Je suis un peu comme toi, ? cette différence près que moi, j’adooorerais adorer le ski…

C’est tellement la classe internationale de dévaler une pente raide avec les skis ultra parallèles, qui ne se prennent pas d’un coup d’une folle envie d’aller voir du pays, (l’un ? gache et l’autre ? droite évidemment), un style de ouf avec sublimes ondulation du bassin et flexion des genoux, en doublant les ptits débutants qui, par la même occasion, se plantent dans un tas de poudreuse et te regardent filer comme le vent avec des yeux emplis d’une admiration sans limite pour ton talent, ta vitesse, ta combinaison si seyante (on a toujours l’air Bibendum dans une combi de ski)…..

Nan le ski y a pas ? dire, ça fait envie.
Mais alors qu’est ce que ça fout les boules…

Répondre

Et bien môa, j’adooore partir ? la neige faire du snow (pas ski) mais en hors-piste. Avoir cette sensation d’être en lévitation sur la poudreuse, raaaah ! Mais si c’est pour me taper toute la foule sur les pistes digne d’un embouteillage estival sur l’A6, avec les nazes qui ne savent skier et qui se prennent pour Luc Alphand, non merci !

Répondre

Bonjour Deedee,
le ski … connais pas ! Moi qui est un souvenir émerveillé des hivers canadiens, la neige c’est un truc qui se regarde, qui s’admire … Mais se fatiguer ? glisser dessus de façon aussi gratuite, ça m’échappe complètement. Du coup, les vacances d’hiver riment avec soleil et plage …
Une chose est sûre … Ton mâri tient ? toi !!!
Excellente journée.

Répondre

Quelle rigolade ton histoire! Je me reconnais complétement. Sauf que mon chéri, lui, n’a jamais remonté la piste pour me faire descendre entre ses skis.
Pour tous les débutants en ski comme Deedee, vous allez vous tordre de rire en regardant le sketch de Gad Elmaleh fr.youtube.com/watch?v=2j…

Répondre

oh l? l? , tout pareil ! du coup la dernière fois je me suis fait passer pour la baby-sitter du groupe de poussins, histoire de ne pas me payer la honte en m’éclatant sur une mini-pentounette

Répondre

j’adoooooooooooooooooooooooore le snowboard… pfffioufff vive l’hiver… pas obligée de montrer ses bourrelets dans le bikini top glamour de l’été… on sors la fourrure et c partie pour rider dans la puff… hihi…

Répondre

Ma mère m’a appris ? skier vers 3 ans en m’inscrivant au Club Mickey. Je ne voulais pas y aller, j’y suis allée ? coups de bâton dans les fesses. ca commençait bien.
Je suis en plus aussi utile au sport qu’une bicyclette ? un crapaud ; c’est dire si j’ai fait des étincelles.
J’ai tout stoppé ? l’âge ou tu en as fait pour la première fois et les pistes et moi même nous en portons très bien.

Répondre

Moi, j’habite les Alpes depuis pas mal de temps mais je suis toujours aussi nulle en ski. Je n’aime pas non plus ! Par contre, les ballades raquettes, c’est très sympa !

Répondre

Après deux épisodes qui risquent de me marquer un bout de temps : un cocard suite ? mon bâton que j’ai pris dans l’oeil dans un saut de bosses et une troisième étoile passée avec le pied droit dans la chaussure gauche et inversement, je peux t’assurer que je me fais désormais plaisir sur des skis…

Bon OK la dernière fois, j’en ai voulu ? mort ? mes potes pour m’avoir fait attaquer une journée par une rouge déguelasse mais bon…quand on ne skie pas seul, on se retrouve rarement entre personnes ayant un niveau équivalent, faut faire avec!

Répondre

Moi aussi je déteste le ski!!
Vers 5-6 ans, mes parents ont décrété que nous partions au ski aux vacances de février… je suivais donc le mouvement, enchainant en pleurant les cours et examens… Géniales les vacances!
J’ai fini, au bout de 3 ou 4 ans, par une magnifique descente sur les fesses (lançons un club!), arrivant avec grâce en bas de la piste… pour m’encastrer dans un sapin! Je n’ai plus jamais voulu monter sur des skis!
L’année d’après mes parents m’ont donné le choix: "tu préfères aller au ski ou sous les tropiques ? la plage?"… Euh… drôle de question!! Ca fait disons plus de 20 ans et je n’ai jamais remis les pieds ? la montagne depuis.
Moi la montagne ne me gagnera pas!

Répondre

Moi la montagne j’adore! Pas pour skier, plus le droit, mais pour lire un bon magazine de potins avec un vin chaud en terrasse sous le soleil. En plus avec la neige, la réverbération tout-ça, on bronze plus vite. Mais ceci dit, j’avoue que je rêverai de remettre mes pieds sur des skis et descendre ? fond les ballons. Sensation de liberté ultime!

Répondre

Mes parents ne m’ont appris que le ski de fond…mais une fois par erreur, on a descendu la moitié d’une piste de ski alpin en ski de fond!

Enfin je n’y suis pas retournée depuis 12 ans…

Répondre

j’adoreuuuu le ski, pour preuve dès que j’entends barry white je pleure!!!:)

Répondre

Je déteste le ski ! Le truc qui pourrait ? la limite, me donner envie de me payer un séjour au ski c’est de me garantir qu’il y ait une piste luges 🙂

Répondre

C’est pas possible, on est parti en classe de neige ensemble??!! Ton histoire est comme la mienne, en classe de neige en 3ieme, donc 15 ans, et suis revenue avec une otite et une oreille 3 fois son volume normale pour mettre prise le ski d’une copine derriere la tete… Experience jamais renouvelee, merci a mes parents de nous avoir fait faire du ski de fond de 5 a 14 ans,,, Le boulet!

Répondre

La neige elle est trop ….molle <:o)
J’y vais, mais j’ai peuuuurrrr !!!!

Répondre

J’ai l’impression de me reconnaitre! Moi le ski ça me stresse, vite il faut aller chercher les forfaits, après tu fais la queue pour les remontes pentes, et comme toi j’ai la peur au ventre ? chaque descente. Arrivée en bas j’ai les jambes en coton et je me dis…ouf jusqu’ici ça va je suis encore en vie. La dernière fois, ? la première descente de la journée on m’a fait prendre une piste noire non déneigée, je suis tombée pas moins de 30 fois pour terminer comme toi sur les fesses puis atterrir dans une crêperie glauque en attendant la fin de la journée!

Répondre

Si ca peut te réconforter, pour nous aussi habitants des montagnes c est un vrai probleme quand les parisiens viennent en vacances au ski !
Alors oui je le dis le ski je surkiffe !!!

Répondre

Ah c’est sûr ce n’est le sport favori de certains français. Etant suisse, je suis née sur des skis pratiquement et c’est génial ! Mais seulement parce que je skie depuis toute petite, j’aime, sinon.. Faut vouloir se lever ? pas d’heure, affronter le froid et le vent qui vous fouette le visage et attendre des heures dans les files des téléskis/télésièges.. Mais bon quand on aime, on ne compte pas..
Sinon, bravo pour les sujets de tes billets, on se marre bien..

Répondre

Oh, moi ça fait bien longtemps que je ne suis pas allée skier, tiens!

Répondre

Je ne connais rien de tout ça ; c’est comme si moi, j’étais née avec des skis dans les mains. Que ce soit ski alpin ou ski nautique d’ailleurs.

Répondre

c’est bien pour ça que je préfère la mer!!! en fait, c’est surtout que je ne suis JAMAIS allée au ski de ma vie, mais je ne regrette vraiment pas… ben oui, c’est pas de la tartiflette qui m’aurait appris ? parler espagnol, pardi!

Répondre

Je te comprends tout ? fait : le ski est un sport ingrat et difficile : on a froid, on a chaud, on porte ses skis, on a peur, on tombe… Et puis commencer "tard", c’est vraiment la plaie ! Avant de s’éclater, franchement qu’est-ce qu’on se fait schpountz !
Perso, j’ai passé toute mon enfance en colo ? la montagne. Et les autochtones ne sont pas très doux avec les citadins : on est sur les pistes de 9h ? 17 h ! Un cauchemar dont l’issue est unique : progresser. Aujourd’hui, je me la pète et j’assure ! Mon niveau m’étonne moi-même (comparativement ? ma nullité en TOUS sports ;-).
Comme quoi le bon vieux sens paysan a aussi du bon !!

Répondre

Et bien moi, j’adore le ski, la montagne, le village éclairé le soir, la tartiflette, la raclette, le vin et le citron chaud sur les pistes, le fait d’avoir le bout du nez tout froid, s’affaler dans un canapé, enlever ses chaussures et se sentir bien après une longue journée de ski … j’aime tout ça, tout autant que la plage, le soleil et le sable chaud. J’aime les odeurs, les sapins, la montagne enneigée … le snowboard aussi … je continue ?
Pour moi c’est un vrai plaisir, mais pour apprécier j’en conviens, il faut savoir skier (dans mon cas j’ai énormément skier enfant, plusieurs fois par an) car si je devais m’écrouler tous les 20 m et avoir les crampes au ventre en haut des pistes, l? j’avoue que je ne verrai peut être pas la beauté des cîmes enneigées…

Répondre

Exactement d’accord le ski c’est nul le vin chaud c’est mieux…
L’angoisse pour une fille comme moi qui vient d’Annecy et que les Parisiens envient tous : "tu peux aller au ski quand tu veux, t’en as de la chance" ce ? quoi je réponds "Oui oui quand je suis fatiguée" ou "oui enfin pas vraiment car tu comprends je me suis ouvert le crane en surf et depuis j’ai peur blablabla" quand je suis motivée mais je lis la peur et l’angoisse dans leur regard, horrifié de connaitre quelqu’un qui vient des Alpes et qui NE VEUT PAS avoir de chalet (rien ? foutre) non mais oh c’est pas parce qu’on est de la montagne qu’elle vous gagne forcément. Oui bon enfin voil? quoi…

Répondre

Ton post est excellent, tu devrais sérieusement penser ? écrire un livre.
Pour le ski, pour moi c’une véritable passion mais je suis plus snowboard.
Gros mimis

Répondre

Et encore tu as fait du ski, moi comme toi j’ai pris des cours, je devais être la seule de 24 ans avec des enfants de 8 ans. Le second jour mon amoureux se décide ? m’offrir des cours particuliers et l? j’ai cru que j’allais mourir. Pour moi la neige ça glisse mais si tu veux. Alors que l? je partais toute seule même sur du droit sans arriver ? m’arrêter. Un vrai cauchemar. J’ai pas réussi ? descendre du télésiège, j’avais une angoisse de ce truc pas possible. Je me suis chopée une angine, il fait vraiment super froid, et puis désolée, mais la neige par ci, la neige par l? , c’est pas mon truc, je ne pouvais plus la voir cette fichue neige ? la fin. Bref, j’ai les photos en souvenir avec mon bonnet et mes timberland et une tronche de dégoûtée de la vie. Mais aujourd’hui j’en parle sereinement et d’autant plus en ayant lu ton billet. Merci que la paix soit avec nous.

Répondre

Ah on dirait que je ne suis pas la seule handicapée du ski… descendre sur les fesses (je suis pro pour ça!), le peur tout ça. Bon par contre, j’ai encore envie d’essayer… au péril de ma vie 😉

Répondre

Je déteste aussi le ski…et encore plus, le surf! Alors quand j’entends toutes mes copines parler des suuuuuuuuper sensations que tu ressens en dévalant les pistes, je les regarde avec des yeux énooormes car je ne vois absolument pas de quoi elle parle! Par contre, partir ? la montagne un ptit week-end et lire un bon livre au bord des pistes, mon Ipod sur les oreilles pendant que les autres sont affairés ? se déchaîner sur les pistes ne me posent aucun problème…que du contraire!

Répondre

Aaaaaah… Deedee… tu ne t’imagines pas ? quel point moi j’ai le ski en horreur …
Tout commenca un beau jour d’hiver, en Allemagne (c’est l? que j’habite). Depart imminent vers l’Autriche, Kaprun, petit village dépourvu de charme (ca puait le bouc), limitrophe d’un autre petit village, Zell am See, paumé au Sud de l’Autriche (en d’autre termes = c’est méga paumé !!!) A peine arrivée, je me rends compte que j’ai un peu mal ? la gorge (Ah! c’est léger, ca passera…) Eh ben figure toi que le lendemain matin, alors que les autres étaient sur le pied de guerre, Mademoiselle Kmush etait on ne peut moins malade ! Après deux jours horribles clouée au lit, je réunis mes dernieres forces, je chausse mon snow (aie, j’ai usé toutes mes reserves ! :p) et c’est parti pour la montée en oeuf… c’est très mal parti, si je puis dire, etant donné que j’ai rejeté mon ptit-dej en intégralité :S (nous avons atteint le stade critique des reserves nulles en carburant). A partir de la 2nde descente (et la millième chute on the popotin, j’ignore si c’est nécessaire de le preciser), je flanche, et je tombe sur le bras. Resultat des courses : fin de bronchite et debut de platrage de bras, vive le ski !! J’adore 😀
J’ai passé une excellente semaine entre l’attente chez le médecin et l’hosto, en train de mourir ? petit feu dans ma chambre tandis que les autres s’eclataient, et petaient le feu … Des semaines comme ca, non merci, je m’en priverai volontiers !
Vous auriez du voir ma tête quand mes potes ont voulu remettre ca l’année suivante… j’etais blème !

Répondre

seul point positif : j’ai perdu 5 kilos !! je ne m’etais jamais vue aussi maigre !

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fringilla ut Aenean ut elit. Aliquam Praesent massa porta. consequat. efficitur. mattis