Mon bilan mode 2021

©Photo Clara Ferrand

L’année dernière, je me délectais du bilan mode de Tokyo Banh Bao tout en étant assez admirative : seulement 8 nouvelles pièces avaient rejoint son dressing... j’en fut toute esbaudie ! C’est elle qui m’a donné envie de dresser mon propre bilan, idée aussi séduisante que flippante et peut-être, aussi, indispensable, pour confronter mes idées à la réalité…

C’est donc d’un pas ferme et décidé que je me lance dans ce bilan de mes acquisitions en matière de vêtements et d’accessoires sur une année ! 

Moins mais mieux ?

©Photos Clara FerrandSource pièces sur la photo

En 2020, je n’ai quasiment rien acheté en dehors de quelques fringues de grossesse, en plus de celles que mes amies et belle-soeur m’avaient prêtées. Ça plus le confinement, évidemment, ça freine quelques peu les velléités de faire flamber la CB pour des fringues, tout ça pour rester chez soi !

En 2021, j’aurais voulu acheter moins.. mais je trouve que j’ai quand même accueilli moult nouvelles fringues dans mes placards. Je me rassure en me disant que j’essaye :

1/ d’acheter mieux : je mûris davantage mes achats, je ne fonce plus que très rarement tête baissée sur un achat coup de coeur, je lis mieux les étiquettes, je n’hésite plus à reposer une fringue lorsque je vois qu’elle est 100% synthétique, ou made in très loin et pas très clean. J’ai le réflexe de me tourner vers la seconde main pour chercher un article avant de l’acheter éventuellement neuf, ce qui n’était pas forcément le cas il y a encore peu de temps.

2/ d’appliquer le « un qui rentre, un qui sort » : je donne et vends énormément d’affaires sur Vinted ou à la Frange à l’envers, un dépôt vente dans le 11e. J’essaye autant que faire se peut de fonctionner en circuit fermé : le fruit de mes ventes finance mes achats, du moins… en théorie… La seconde main a certes la cote mais en terme de prix de vente, on est très loin du prix du neuf, même remisé ! Reste que ça me permet de gérer l’encombrement global des placards, lesquels ne sont pas extensibles comme chacun sait.

Mon bilan mode 2021

©Photos Clara FerrandSource pièces sur la photo

Impossible de dresser ici une liste exhaustive qui serait imbitable : j’ai fait l’exercice de mon côté et croyez-moi, ça m’a pris un temps de dingue pour un résultat assez chiant. Je tente donc la synthèse. Vous êtes prêts ? En 2021, voici l’intégralité de ce qui a rejoint mes placards :

38 vêtements :

  • 34 vêtements neufs dont 15 offerts
  • 4 vêtements en seconde main

19 accessoires :

  • 17 accessoires neufs dont 11 offerts
  • 2 accessoires en seconde main

Pour parfaire le bilan, il faudrait que je comptabilise aussi les vêtements que j’ai vendus ou donnés. A vue de nez, je pense une bonne centaine mais ils ne sont pas tous issus de 2021, évidemment…! (Et après mon mec me dit que je ne trie pas…) (ok, ça sa décharge, j’ai tendance à stocker. De moins en moins, certes, mais j’ai du mal à me départir des habits que j’ai chéris..!).

On est donc bien sur un ratio plus d’affaires qui ne sortent vs qui ne rentrent... Mais c’est beaucoup trop et surtout beaucoup plus que ce que je m’étais imaginé…!

Les vêtements neufs

38, c’est colossal. Mais pour pondérer ce chiffre, au total, 15 m’ont été offerts. Ça peut paraître énorme là encore, mais c’est en partie mon métier de soutenir la création et de mettre en avant des marques qui ont besoin de visibilité. Et s’il faut le rappeler, je ne paye pas mon loyer et tutti quanti en fringues 😉 Voire même, mettre en avant un vêtement d’un créateur me coûte de l’argent car si je ne le paye pas, je rémunère un photographe et m’acquitte de la TVA pour cette charge. Je suis également libre de refuser les propositions qui me sont faites, ce que je fais plus que l’inverse.

Les vêtements en seconde main

4 achats en seconde main seulement cette année. En retraçant mes achats, je me rends compte que c’est surtout pour le mignon que j’ai acheté en seconde main cette année même si j’ai fait l’une de mes plus belles prises… j’y reviens !

Les accessoires

Ma plus belle prise en seconde main ? Une paire de K Jacques neuves que je convoitais et rechignais à acheter plein pot. Bingo, je les ai trouvées sur Vinted, certes 30 euros « seulement » moins cher mais c’est toujours ça de pris !

Neuf ou d’occasion, j’ai surtout acquis des chaussures… pour changer. Il faudrait d’ailleurs que je me lance dans un nouveau tri pour faire un peu de place ici… Mais c’est une autre histoire !

Des achats mode saisonniers

Pour parfaire l’exercice, j’ai essayé de répartir le tout par saison, ce qui me permet de me rendre compte, sans surprise, que je suis très (trop !) sensible aux changements climatiques. La faute en partie au manque d’optimisation de mon dressing (je « bourre » les étagères, je trie les affaires par grands temps forts climatiques, printemps / été vs automne / hiver) et c’est une tannée d’aller les récupérer dans les housses Compactor que j’utilise et qui sont entreposées touuuuut au fond du placard de l’entrée, sous l’intégralité des valises, sacs de voyage mais aussi casques de scooter et j’en passe… Pétage de plomb à chaque fois qu’il faut y accéder…!

Tout ça pour dire que sans forcément avoir un vrai dressing, je rêve que mes affaires soient accessibles, visuellement d’abord, pour voir ce que j’ai plutôt que d’aller racheter une pièce trop similaire….

Mon bilan mode par saison

Printemps / été : 23 pièces (vêtements et accessoires confondus)

Automne / hiver : 34 pièces (id)

Bonne pioche : top 5 des achats « validés » !

Difficile de ne choisir que 5 pièces sur l’intégralité de celles qui ont rejoint mes placards, mais vu le pavé que vous avez déjà ci-dessus, vous allez me remercier je crois !

Ma peau lainée vintage

©Photo Clara Ferrand 

Date d’acquisition : janvier 2021 (Seconde main)

Raisons de l’achat : je rêvais d’une belle peau lainée. Neuves, elles sont inabordables…! Grâce à mon Nizzagirl, j’ai trouvé celle-ci à 160 euros sur Vinted. Certes pas la moins chère mais la qualité est telle que je ne le regrette pas une seconde ! Meilleure prise depuis le trench Burberry vintage déniché au même endroit.

Mon utilisation : je l’ai énormément portée et la porte encore énormément, c’est MON manteau incontournable de l’hiver. Je l’aime d’amour !

Ma veste jacquard Palingénésie

Date d’acquisition : décembre 2021 (offerte)

Raisons de l’achat : j’ai connu Palingénésie grâce à un post IG de Sophie Fontanel cet été. En me connectant sur le site, j’ai tout de suite été séduite par l’univers de cette créatrice qui créé et fait fabriquer ses pièces en France, dans de jolis tissus pour la plupart upcyclés et en production limitée. J’ai acheté un short qui rejoindra je pense mes pièces fétiches pour plusieurs années (je l’ai porté un jour sur deux cet été). Cet hiver, lorsque Pauline m’a contactée pour me proposer de choisir une pièce en échange de visibilité, j’ai été ravie qu’elle pense à moi et qu’elle me fasse confiance, et j’ai choisi cette veste confectionnée dans un tissu brocart upcyclé récupéré d’une grande maison de couture. Je ne la quitte plus !

Mon utilisation : je la porte beaucoup, sur un jean tout simple, un pantalon « skaï » comme sur la photo, avec un col roulé blanc ou un top col danseuse noir, avec ou sans la ceinture bref, je me sens tellement bien dedans !

Mon pull Bellerose

Photo ©Ylenia Cuellar

Date d’acquisition : novembre 2021

Raisons de l’achat : l’hiver encore plus que l’été, je fonctionne beaucoup au style simple et pas prise de tête : un jean bien coupé, un beau pull et roule ma poule ! J’ai donc développé une légère addiction aux jolis pulls, je le reconnais. Il faut qu’ils soient doux, j’ai la peau affreusement sensible, confectionné si possible dans des matières naturelles, de manière responsable et qu’ils ne soient pas hors de prix. Rien que ça…! J’ai eu un coup de foudre pour celui-ci, un pull Bellerose en Alpaga et au style inimitable !

Mon utilisation : je la porte là encore beaucoup, c’est mon va-tout chaud anti-grisaille et douillet !

Mon panier Maud Fourier

Date d’acquisition : juillet 2021 (offert)

Raisons de l’achat : il faudrait que je me calme sur les paniers.. mais c’est plus fort que moi, j’en achète au moins 2 par an.. Le pire ? Je m’en sers, oui, de tous ! Quand ils ont fait leur temps, je les recycle en paniers à foulards, à écharpes, à plaid bref, ils ont toujours une utilité. Et je revends aussi certains exemplaires que je n’utilise plus histoire de me donner bonne conscience…! Tout ça pour dire que les paniers personnalisables de Maud Fourier étaient dans ma ligne de mire depuis des lustres et qu’en recevant celui que j’ai choisi, je n’ai pas été déçue ! Encore une créatrice qui gagne à être connue 🙂

Mon utilisation : je l’ai embarqué avec moi en vacances, évidemment. Je l’utilise aussi beaucoup hors saison, pour les courses par exemple. J’aime bien ses deux anses longues qui permettent de le porter à l’épaule, quand il est plein de fruits et légumes il est plus facile à porter !

Ma combinaison Armed Angels

Date d’acquisition : mars 2021

Raisons de l’achat : on était en virée à Nantes avec ma MPP, on venait de passer une de ces rares journées insouciantes à refaire le monde entre deux boutiques, une pause dej et un thé. On en prenait plein les mirettes de cette ville qu’on découvrait, bref, on était bien. Sur le chemin du retour, Virginie spotte une boutique adorable. Pressées pour respecter l’horaire du couvre feu, j’hésite à entrer… bien m’en a pris ! En deux temps trois mouvements, moi qui n’avais encore rien acheté de la journée, j’ai fait main basse sur cette combi de la marque éthique Armed Angels que je ne connaissais ni d’Eve, ni d’Adam. Elle est ultra bien coupée, je n’ai eu de cesse de la porter, moi qui adore les combis ! Et cerise sur le gâteau, elle reste associée à cette journée un peu hors du temps.

Mon utilisation : je la porte beaucoup, des inter-saisons aux premiers frimas.

Mauvaise pioche : les 3 achats que j’aurais du éviter ou que je n’assume pas !

Pas de photos pour ces loupés, ils ne sont pas passés par la case postérité !

Premier fail : un pantalon blanc en velours côtelé Roseanna. En boutique j’ai hésité : j’adore le velours, mais celui-ci était resserré aux chevilles… J’aurais du le reposer, ça ne me convient pas, je l’ai porté une fois, ça me faisait par effet d’optique des péniches interminables. Prix d’achat 270 euros, revendu 150 euros sur Vinted… Gros gros plantage…

Second fail : une robe tunique H&M en collaboration avec je ne sais plus quelle créatrice américaine hors de prix. Forcément, toper du créateur à moindre coût c’est très tentant… Mais dans les faits, on a beau le savoir, les miracles n’existent pas : la pièce H & Merde ne peut JAMAIS équivaloir à celle, initiale, de la créatrice. Sans même parler des conditions de productions, la qualité de la façon, le choix des matières n’ont absolument rien à voir. Sans surprise, la tunique que j’ai reçue était mal coupée, le tissu trop épais, tombait mal.. Gros fail et un peu honte d’avoir succombé à la fast fashion (même si, mini disclaimer, je l’ai achetée en seconde main sur Vinted). Je n’ai même pas eu le coeur de la revendre et l’ai donnée.

Troisième fail : les bottines blanches Bobbies. J’ai des obsessions en matière de mode… En l’occurrence, la paire de bottines parfaites, idéales pour trotter mais pas dénuées de style. Je pensais avec fait main basse sur le Graal en la matière… Las ! Si elles sont ultra confortables et qu’elles ont leur personnalité, je trouve qu’elles me font des péniches (ce qui est loin d’être un complexe contrairement à ce que cet argument qui revient deux fois en trois fails pourrait laisser croire !) et je ne les assume pas. Guettez la mise à jour de mon profil Vinted si vous chaussez du 39 et que vous cherchez un équivalent…!

Achats responsables et éthiques ?

Photo ©Ylenia Cuellar

On ne peut pas parler d’achat responsable lorsqu’on acquiert 57 nouvelles pièces dans un dressing sur une année… C’est beaucoup trop, même si je retranche les 26 pièces qui m’ont été offertes en tout. Mon activité est en partie responsable de ce constat mais je ne peux pas non plus tout justifier via l’influence…!

Je note néanmoins qu’à l’exception d’une veste que j’ai acheté sur un coup de coeur chez Claudie Pierlot cet été (j’étais sortie acheter un glace à ma nièce, et paf ! elle est tombée dans mes bras) (la veste, pas la glace) et la robe tunique H&Merde shopée sur vinted, je me suis tournée vers des marques créateurs (L’Ours, Palingénésie, Goodbye Lorette, Et Paris, Atelier 77…)  ou des plus grosses marques responsables (Sézane*, Soeur*, Roseanna, Heimstone…). Rien que pour ça j’ai un bon point, non ? Non ?!

Epilogue

PFIOU voilà, je crois que j’ai fait le tour du sujet… ! Vous êtes encore là ? BRAVO ! Ce fut long, mais j’ai beaucoup aimé me prêter à cet exercice instructif à plus d’un titre. Et si je ne suis pas coutumière des bonnes résolutions ni des objectifs qu’on se fixe en début d’année, je vais quand même essayer de rationaliser davantage mes achats… Faire ce bilan m’a permis de voir que j’achetais encore beaucoup trop par rapport à ce dont j’ai réellement besoin.. et envie !

Faites l’exercice vous allez voir, c’est instructif… vraiment.

Commentaires

Wahou, super bilan, c’est intéressant ne serait ce que pour se rendre compte du nombre de pièces qui rentrent.
Le chiffre de 57 donne un peu le vertige ( 1 par semaine), mais je n’ai pas fait l’exercice de mon coté, je le redoute un peu .
L’un de mes objectifs également, c’est effectivement un qui rentre un qui sort, je me suis fixée en plus que la sortie doit être de plus en plus lié au fait que la pièce est usée et doit être remplacer. La revente, même si je la pratique pour les habits de type maternité et enfant, j’ai du mal à y trouver une vraie porte de sortie saine. Bien que cela soit toujours mieux que de le jeter si ils sont encore en bon état.

Répondre

Pas facile comme exercice !
De mon côté je ne fais plus vraiment de shopping plaisir depuis des années, j’achète uniquement selon le besoin. Cette année par ex, ma consommation se limite à 1 combi (en lin, made in Europe, jeune créateur), 2 jeans de grossesse, 2 t-shirts de grossesse, et 2 paires de chaussures (made in France, en déstockage) faciles à enfiler . De ce côté là, je gère. En revanche côté enfant c’est une autre paire de manches.. Pas d’achats « coup de coeur » mais j’avoue avoir le réflexe « boutiques du centre ville » pas forcément responsables, pour habiller mes filles parce que gain de temps, (notamment sur la gestion de la taille). Je n’achète quasi jamais en seconde main (shame on me). Après avec 2 filles (+1 à venir), leurs fringues passent de soeur en soeur et sont utilisées jusqu’à la corde !

Répondre

Merci pour l’exercice ça donne clairement à réfléchir…
Tendre vers le moins mais mieux, tout en vivant et en se faisant plaisir c’est possible.

Répondre

Quand je lis ton bilan, je me dis qu’il faudrait que me fasse le mien pour me rendre compte de ma surconsommation, des dépenses inutiles et des économies que j’aurais pu faire.

Des produits coup de coeur que je mets 3 fois, ceux de moins bonne qualité mais que sur l »instant je trouve trop stylé et qui finissent pas prendre de la place dans mes étagères.

Et encore plus en étant en télétravail 3 jours sur 5 où je n’ai pas envie de looker pour rester chez moi…

Répondre

Hello
Super bilan, moi je dit que malgré le nombre de pièces acheté ou reçu il n y a pas beaucoup de fall et je trouve que ça compte beaucoup au moins autant que le nombre de pièces acquises.
Ca me donne envie de faire le mien mais j ai peur du résultat.
En même temps cela me mettra face à la réalité.
Belle journée

Répondre

Coucou ! Hyper intéressant ce bilan ! Je me rends compte que je suis comme toi niveau bonnes habitudes qui commencent à rentrer, notamment de reposer toute fringue en matière synthétique. Quant au dressing, au risque de remuer le couteau dans la plaie, je te confirme que ça change tout ! Avoir toutes ses fringues d’un coup d’oeil, ça permet de vraiment toutes les utiliser, de ne pas en oublier au fond du placard… et d’éviter les doublons.
Merci du travail et stop à l’autoflagellation ;). Il n’y a pas de honte à se faire plaisir en s’achetant des vêtements (surtout que tu privilégie vraiment les marques éthiques), d’autant plus quand c’est ton métier :). Tes achats permettent de faire vivre des marques, des free-lance, des couturières… Elles ont besoin des grosses acheteuses 🙂

Répondre

Bravo pour ce bilan ! Je vais essayer de faire pour 2022! En notant tout des l’achat !!!

Répondre

Allez bilan fait après t’avoir lue : 12 pièces pour moi, vêtements et accessoires compris (je n’ai juste pas compté les sous-vêtements…). Plutôt contente ! Et surtout 2/3 du total du montant couvert par mes ventes vinted.
Je me questionne pas mal sur les marques par contre : qu’est ce qui te fait considérer Bellerose comme une « bonne » marque par exemple ? J’avais envisagé de m’offrir une parka de chez eux et elle était faite en Chine…

Répondre

Merci pour ce bilan, honnête et bien analysé je trouve. On sent que cela ne restera pas une expérience sans conséquences pour la suite ! Mais je vous trouve très dure envers vous même, le fait d analyser, de savoir et de constater certaines choses devraient vous rassurer car vous êtes sur une bon chemin !!!!(bien plus que beaucoup, dont moi mais je vais faire l exercice aussi pour me mettre en face de tout ça) Bravo !
J ai extrêmement réduit les achats pour moi mais mon mari dit à juste titre que j ai reporté mes envies d achats vers mes 2 garçons… Ce que j ai bien évidemment constaté, surtout après avoir ouvert les caisses pour mon deuxième et qui comportaient trois fois plus de pantalons et de t shirts que moi pour une saison seulement ! Alors il faut que je me reprenne aussi pour les enfants !
Merci encore pour ce bilan !

Répondre

Répondre à Prisc Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.