Zizi the Kid, de David Abiker

Tout ou presque, a commencé par un texto. « Votre adresse ? C’est pour vous livrer un zizi ».

Plait-il, une livraison de zizi ?! Avouez qu’il y avait de quoi être perplexe !

En fait, David parlait de son Zizi the Kid, paru pendant que j’étais loin, très loin du monde merveilleux de l’internet, and co.

Lorsque j’eus dépassé la honte suscitée par la réponse faite à David, j’ai pu commencer la lecture de ce Zizi là. Et j’ai aimé. Beaucoup.

Mises à part celles de TF1, je n’affectionne pas particulièrement les confessions intimes. A plus forte raison lorsqu’elles sont d’ordre sexuel.

Et pourtant. A l’heure où le sexe s’étale au vu et su de tout un chacun sans aucune pudeur et avec une vulgarité sans cesse accrue, Zizi the Kid m’est apparue comme un conte délicieux.

Peut-être parce qu’il y a beaucoup de pudeur dans les mots choisis par David pour décrire la découverte de la sexualité par le petit garçon qu’il fut. Beaucoup de tendresse, aussi. Une tendresse mâtinée d’humour pour cet enfant en proie à ses premiers émois sexuels, aux pages bien mystérieuses du catalogue des 3Suisses, surtout celles où une dame pose à côté d’un « bâton mystérieux » qui ressemble furieusement au coutelas en ivoire de Rahan (!), à la pub Végétaline, à Barbie et Big Jim qui « font l’amour » grâce à l’imagination d’une petite fille, aux Playboy feuilletés en cachette chez son Tonton Léo. Et tellement de choses encore.

A mesure que le roman progresse, on s’attache un peu plus à ce petit garçon ultra touchant et l’on se surprend à établir de nombreux parallèles avec son enfance à soi. Même lorsque l’on est une fille et même lorsque l’on ne nourrit aucune nostalgie de l’enfance. Oui, David, les filles aussi avaient les mêmes interrogations face à la fameuse page 301 des 3Suisses !

Pas de doute, à défaut d’être un super-héros en chair et en os, Zizi the Kid est bel et bien un super-bouquin.  Un Zizi que vous pourrez prêter à vos copines sans risquer de les offusquer, selon la propre recommandation de l’auteur…

Merci David !

Ce que dit la 4ème de couv’ : « Mon cousin a trois sujets de conversation. La taille de son zizi, le funky et les super-héros. Il prétend pouvoir allonger son sexe rien qu’en pensant à sa copine Stéphanie Poulain qui danse sur Kool and the Gang. Le rapport de cause à effet m’échappe totalement. Question super-héros, il m’assure posséder un tee-shirt de Valéry Giscard d’Estaing donnant à celui qui le porte des pouvoirs illimités. Devant un mensonge aussi évident, je ne trouve rien à répondre ».


Dans la France des années soixante-dis, des sous-pulls marron et des coupes au bol, un petit garçon raconte ses rendez-vous manqués ou insolites avec la sexualité, les Playboy chez Tonton Léo, la poupée de Gaëlle, les amies de sa maman et leurs gaines de 18 heures.

Les aventures de Zizi the Kid, cinglantes et drôles, aux accents félliniens, disent avec tendresse l’enfance dans ce qu’elle a d’unique et d’universel.

Vous pouvez retrouver David Abiker sur son blog, sur Facebook et sur Twitter.

Commentaires

Merci pour la critique. Je l’ai dans mon panier Amazon depuis avant sa sortie mais j’attendais quelques critiques avant validation.
Je crois que mon prochain achat livre vient de se décider.

Bonne journée

Répondre

Bonne lecture 😉

Il semble joli 🙂
Amitiés
Elisa

Répondre

La photo est chouette, c’est vrai 🙂

Livre commandé à la librairie du coin ce WE! Avec d’ailleurs un petit moment de solitude devant le libraire: « Bonjour Monsieur, vous auriez le zizi de David Abiker? »…

Répondre

Ahah, j’imagine… Tu me diras ce que tu en auras pensé !

J’aime beaucoup David Abiker et le Pacsou aussi. J’ai commencé un billet sur lui il y a des mois et je ne l’ai toujours pas terminé 🙁

Répondre

le Pacsou ?

Deedee,
excuse moi d’avance pour le HS et la question un peu étrange !
Te serais tu trouvée par hasard hier soir du côté de la Motte Piquet avec un ravissant casque vert ?
Si oui, tu étais très très bien habillée, et surtout, je veux connaître la marque de ton casque !
Si non, j’ai dû fixer avec un peu trop d’intensité une inconnue très bien habillée, donc 😀 !

Désolé pour la question, mais je devais la poser, ça m’a torturé toute la nuit 😉

Répondre

Désolée, ça n’était point moi. Je ne peux donc hélas pas te renseigner sur la marque du casque ! Elle était habillée comment, cette inconnue ? ça m’intéresse du coup !

Le Pacsou c’est mon Pacsé. Pas très joli comme nom, il va falloir penser au mariage…

Répondre

Oh, zut, j’en étais persuadée (pour le coup j’ai du passer pour une imbécile !)
L’inconnue, donc, avait un joli short Zara taille haute à motif, un tee-shirt kaki et une petite veste de la même couleur avec un écusson « Paris » et donc, un casque vert foncé.
Bon, ce sera pour la prochaine fois alors 🙂

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

massa elit. odio felis elementum Phasellus