5 raisons de dire non à la fast fashion

BIM, direct comme ça de bon matin, le gros sujet qui fâche !

Rassurez-vous, loin de moi l’idée de juger qui que ce soit, encore moins de me poser en donneuse de leçons. Simplement, j’ai, depuis quelques années et comme beaucoup je crois, des velléités de consommer moins, mais mieux, que ce soit en matière de nourriture, de vêtements ou bien encore de loisirs.

Pour parler de la fast fashion, cette mode jetable et remplaçable qui nous crée une nouvelle envie toutes les deux secondes, je crois que je suis fatiguée de cette accumulation de fringues qui débordent sans cesse de mes placards, quel que soit le temps que je passe à trier, donner, vendre, de cette envie permanente d’acquérir une nouvelle sape, un nouveau sac, une nouvelle paire de chaussures. J’ai envie d’insuffler à nouveau un peu de sens à mon quotidien en comprenant mieux quelle réalité se cache derrière un prix, par exemple.

Et pourtant… en réalité, j’ai bien conscience qu’il est ô combien difficile de consommer moins mais mieux… Comme le disait une de mes amies avec qui je faisais du shopping tantôt : « tant qu’il y aura des Zara, comment veux-tu lutter ?! ». C’est vrai… Changer son mode de consommation ne se fait pas du jour au lendemain. Parce que changer, c’est aussi modifier radicalement les codes qui nous ont façonnés et accepter de nager à contre courant, ouvrir les yeux, comprendre, faire voler les idées reçues en éclat. Et accepter la réalité dans toute sa laideur : sans même parler des conséquences de notre consommation effrénée sur l’environnement, je crois qu’on ne peut plus choisir de fermer les yeux sur le travail des enfants, sur des drames comme le Rana Plaza, en avril 2013, sur la souffrance que nos achats peuvent engendrer.

Alors voilà : passé ce constat, j’ai décidé de chercher quelques clés pour essayer d’appliquer ce moins mais mieux le plus facilement possible. Il y aura donc régulièrement quelques focus ici sur ce sujet pour que celles qui, comme moi, cherchent comment modifier ne serait-ce qu’un chouïa leur mode de consommation trouvent des solutions à porté de main… et de bourse !

Ouvrons le bal, si vous le voulez bien, avec 5 bonnes raisons de lutter contre la fast fashion : 

1/ Parce que la fast fashion est un sacré fléau écologique

Le secteur de la mode est considéré comme le deuxième secteur le plus polluant au monde, directement après celui du pétrole. Avec en moyenne 52 collections par an pour certaines enseignes, notre mode est jetable et peu recyclable. Sa production est une hérésie pour la planète : le coton comme le polyester, qui composent la majorité de nos vêtements, ne sont pas biodégradables. Ils sont archi énergivores, ils polluent les eaux, les milieux sous-marins et par conséquent notre chaîne alimentaire. Bon appétit bien sûr.

2/ Parce que la fast fashion est éthiquement inacceptable

Travail des enfants, délocalisation, conditions de travail extrêmes, salaires misérables… Aux Philippines, par exemple, les employés du secteur textiles sont payés 0,88 $ de l’heure, 2 $ au Bangladesh. Doit-on vraiment accepter que des gens souffrent pour produire nos nippes ?

3/ Parce qu’on a tout simplement pas besoin d’autant de vêtements !

Il y a 50 ans, nous achetions environ 25 vêtements par an. Aujourd’hui, nous en achetons… 80 tous les ans. Flippant, isn’t it ?! Chaque année, ce sont ainsi plus de 80 milliards de vêtements dans le monde sur un an. Prenez 5 petites minutes et ouvrez votre placard. Comptez le nombre de jeans que vous possédez, le nombre de tee-shirts que vous portez réellement et tous les autres vêtements dont vous n’avez peut-être pas encore retiré l’étiquette. Alors, quel constat ?

4/ Parce que même la fast fashion coûte cher 

Vous avez remarqué vous aussi que même chez Zara, les prix grimpent sévèrement ? Les marques de fast fashion commencent à créer leurs propres collections capsules, élevant ainsi leurs prix et leurs exigences. La qualité, elle, ne change pas. Les conditions de production de ces vêtements non plus.

5/ Parce que notre santé compte. Autant que celle des autres.

Jeans, Tee Shirt teint… Beaucoup de vêtements contiennent des produits toxiques. Les marques manquent de transparence et profitent de la chaîne logistique pour utiliser des produits chimiques nuisibles en toute impunité…

Bon je file, je vais chez Zara. Oui, je plaisante, évidemment, même si, encore une fois, nul n’est parfait et que j’ai bien conscience de mon côté de ne pas déroger à la règle. Comme tout le monde, je ne résiste que difficilement à la tentation, à plus forte raison lorsqu’elle est à porté de bourse !

Et vous, vous avez des envies de consommer moins mais mieux ou ça vous laisse de marbre ? (Vous pouvez l’exprimer, hein, personne ne vous jettera la pierre) (Pierre).

Commentaires

Bonjour Deedee!
merci pour cet article!
ça me parle d’autant plus que j’ai moi même décidé d’arrêter d’acheter des produits de fast-fashion depuis janvier (c’était un peu ma bonne résolution 😉
En fait je me suis rendu compte que je faisais attention en achetant ce que je mangeais, pareil pour les cosmétiques mais pas du tout pour les fringues… résultat? ben je n’ai rien acheté depuis, haha 🙂

parce que réfléchir plus, c’est aussi se rendre compte sans cesse que « oh en fait, je n’ai pas besoin de ça »
bon par contre, comme je marche beaucoup à l’envie en matière de fringues, j’ai comme des « lubies »: je vois qqch qui m’inspire, une association de couleurs, la coupe d’un pull… et voilà je veux ça! par exemple depuis quelques semaines, j’ai envie d’un t-shirt rose… mais pas n’importe quel rose (et pas n’importe quelle coupe non plus 😉 et forcément c’est bien plus difficile quand on ne va pas chez h&m où on trouve toujours à peu près ce que l’on cherche…

donc j’y suis passée l’autre jour « pour voir »… et bien je n’ai eu envie de rien! alors bien sûr il y avait des t-shirts rose à foison, mais rien qui ne me plaise vraiment: avec la distance, on se rend vraiment compte que les coupes sont approximatives, les tissus bof, certains trucs ont une odeur « chimique »… bref, un peu comme une détox, ça marche 😉

Répondre

Je vois TRES TRES bien… ! En fait, c’est plus facile, parce que plus rapide, moins cher, moins prise de tête. Mais en réalité, tu as raison, les coupes sont souvent cheap et approximatives…

Excellent, j’ai regardé un documentaire Netflix sur le Minimalism hier soir . Je trouve que cela va de pair et fais écho à ton article
L’idée fait de plus en plus son chemin dans ma tête, même si je ne me considère pas dans la catégorie des fashions victime . J’achetais déjà depuis qques années moins chez Zara , H&M and co, puisque lorsqu’on regarde les compositions de ces enseignes (et en particulier pour Zara) , on se rend compte vraiment du mauvais rapport qualité/prix .
Merci pour cet article très intéressant !

Répondre

Je suis en train de le regarder ! Il y a The True Cost aussi sur Netflix, très bien.

Merci à toi pour ton commentaire 🙂

Tu as mille fois raison, en ce moment je ressors des vieilleries de mes placards et je les trouve canon ! Comme quoi, il en faut peu pour être heureux…

Répondre

Souvent, on oublie ce qu’on a… et quand on tombe à nouveau dessus, c’est clairement la maxi joie !

Salut Deedee,
Je te rejoins totalement sur le propos ! A vrai dire, cela fait quelques années que chaque fringue achetée est convoitée, attendue, rêvée, réfléchie … Les achats sur un coup de tête, très peu pour moi. Les raisons ? L’argent (enfin le manque de…), le rapport qualité/prix (tu soulignes à juste titre l’inflation du fast shopping), et .. l’esthétisme (euh… la dernière collection de Z(orro), mais au secours ! Hors de question de mettre 60 euros dans un jeans troué dont le bord est franc et en zig zag façon Robinson Crusoé. Autant mettre 95 euros dans un jeans qui te fais un cul d’enfer et que tu pourras garder quelques saisons!)
Bon après, tout n’est pas rose… il y a certaines marques qui te vendent des chemisiers « taillés selon la plus grande tradition anglaise » qui se déchirent littéralement après avoir été portés 4 fois. A 150 euros le chemisier « convoité/réfléchi » tu tombes de haut face à de telles lacunes en termes de qualité et de médiocrité du service après-vente.. mais bon, ce n’est pas faute d’avoir été prévenue (voir article polémique sur une marque K d’il y a une paire d’année).
En résumé, je suis super fière de faire partie de la catégorie des 25 fringues + chaussures achetées par an 🙂

Répondre

Zara n’a jamais été mon grand ami, mon 42 ayant du mal à trouver sa place dans leurs rayons fringues majoritairement destinés aux tailles 34-36-38. Sélection naturelle, quoi.
Mon péché mignon, c’est plutôt Promod (ils font beaucoup d’imprimés, j’aodre tout ce qui est imprimé tendance hippie ou mémé) et Etam.

N’empêche depuis environ 9 mois, je n’ai plus rien acheté comme habits. J’ai eu le déclic quand j’ai commencé à anticiper mon déménagement en faisant sacs et cartons : j’avais des fringues qui débordaient du placard, avec des étiquettes ( certains achetés depuis 2 ans !!!!!!), d’autres étaient en doubles ( parce que je ne me rappelais plus les avoir déjà acheté)… Et puis, il y avait pléthore de vêtements dans différentes tailles ( 42, ma taille normale; mais aussi du 44 pour les prises de poids déprimantes, du 40 pour quand j’aurai amorcé une perte de poids au début d’un énième régime; et bien sûr : du 36 et du 38 ( pour quand j’aurai MAIGRI avec un M majuscule).

Voir toute cette floppée de vêtements m’a rempli de dégoût. Et ça, c’est sans parler des dizaines de paires de baskets dans diverses couleurs et ps encore portées non plus, les ceintures, etc.

Tout est dans la cave du nouvel appart’… (évidemment, on ne peut plus y ranger grand-chose maintenant, tellement c’est aussi rempli qu’une boutique).

Mon objectif est de :
*continuer à donner les fringues taille 36-38 (à 35 ans, je commence tout doucement à accepter que je n’aurai sans doute jamais jamais jamais jamais une silhouette filiforme).
* et surtout, COMMENCER à porter les vêtements à ma bonne taille ( j’ai le choix : y’a à qu’à prendre le temps de faire un tour à la cave).

Ironie du sort de l’article : ayant désactivé les bloqueurs pub sur DeedeeParis, c’est rigolo de voir que l’article est entrecoupé de pubs…pour des vêtements 😉 ( je sais, c’est pas fait exprès; pas taper)

Répondre

Oui c’est l’angoisse ces pubs, j’essaye de les désactiver mais je ne sais pas exactement comment faire… ! (je ne taperai donc pas :p )

Et c’est dingue de voir qu’on est toutes pareilles avec les tailles de vêtements… J’ai la même silhouette depuis très longtemps mais moi, ce que je ne sais pas faire, c’est trouver la bonne taille. C’est souvent trop petit, trop grand par manque d’uniformisation des tailles sur le marché. Bref, on n’a pas des vies faciles, quoi 😉

Merci pour cet article qui apporte plein d’arguments! Dans le même mood, j’avais bien aimé celui de « Café mode »
.
Malgré le faits que je n’achète plus depuis bien longtemps dans les grandes enseignes de fast-fashion, il m’arrive de craquer sur des pièces dont je n’ai pas « besoin », pour remédié à cela, j’ai donc fait une liste de mes achats 2017 avec leur prix, et le lieu de fabrication.. pour me permettre aussi de voir ce que je mets…ou pas!
J’ai beaucoup de doutes sur les marques milieu de gammes ( Comptoirs, maje, and co) qui sont aussi fabriqués en Asie,et dont la qualité ne justifient bien souvent pas le prix.

Et sinon, je conseille ce documentaire sans équivoque sur Netflix: The true cost
Deedee, on compte sur toi pour faire bouger les choses et peut-être ajouter plus de tenues green dans tes looks?!

Répondre

The True Cost est super intéressant et je ne suis en train de regarder Minimalism aussi, je te le conseille ! Et je pense qu’on a tous un rôle à jouer dans l’abandon de la fast fashion… clairement.

Je suis assez perplexe face à tout ça.
Bien sûr, je suis d’accord avec tous les arguments ci-dessus (écologie, exploitation des travailleurs…) mais vers quoi se tourner ? Payer plus cher ne garantit pas de meilleures conditions de fabrication… Jusqu’où vont les limites de la fast fashion ?

A mon petit niveau, j’essaie de privilégier les petites créatrices sur instagram par exemple, là je sais d’où ça vient. Mais j’ai aussi craqué hier sur une robe Sézane (que je vais probablement renvoyer dès son arrivée, un instant d’égarement…), je n’ai aucune preuve que ce soit vraiment mieux et j’ai acheté une blouse magnifique chez & Other Stories, fabriquée en Inde. 🙁

Je regarde quasi systématiquement où sont fabriqués les vêtements que j’achète, je suis plutôt rassurée quand la provenance est européenne. Mais ça ne m’empêche pas encore d’acheter du « made in China ». Et puis on ne peut pas totalement les boycotter non plus : est-ce que ce faisant on ne supprime pas des emplois dans des pays déjà pas très riches ?

Là où je pêche c’est certain, c’est sur la quantité. Je ne me sens pas capable de me restreindre et d’acheter moins par engagement. Au moins je fais fonctionner l’économie : pas très décroissant tout ça ! 😉

Répondre

C’est bien pour ça que le sujet m’intéresse et que j’ai décidé d’y consacrer plus de temps !

Globalement, le made in France est 1. cher, 2. pas une garantie dans l’absolu. Et le made in China n’est pas forcément le mal, pas plus que le made in India, très couru pour toute la broderie, par exemple !

Bref, comme tu le pointes très justement, consommer bien est une vraie galère, parce qu’on ne sait pas forcément à quelle réalité une étiquette nous renvoie…

Merci! Et completement d’accord! J’en ai tellement marre de la fast fashion et de voir a quel point on surconsomme. J’ai entrepris aussi de beaucoup reduire et ameliorer ma consommation niveau mode. C’est tellement important 🙂

Répondre

Hey coucou Deedee,

Moi aussi j’ai délaissé mon addiction shopping depuis quelques temps mais ça ne m’empêche pas de lorgner comme une crevarde sur certaines pièces bien trop chéres et bien trop peu conscious.

Est ce que tu as, pour objectif, de nous faire des petites shopping listes de belles pièces abordables et étiquement portables ?

Parce que vraiment, je trouve qu’il y a des plus en plus de petites marques de créateurs qui proposent des tarifs délirants pour des qualités vraiment pas tops.

Merci de faire changer les choses ?
Et pourquoi pas des portants de fringues abordables, eco friendly et ethique chez Deedee ? ça serait génial !!!

Répondre

Oui ! Je trouve qu’on manque de sujets « pratiques » sur où / quoi consommer qui soit un minimum éthique.

Et je suis d’accord avec toi : beaucoup de créateurs s’enflamment… Ce qui m’empêche, entre autres, de ne porter que du éco friendly 🙂

J’entends pour l’ensemble de tes points et je suis entièrement d’accord. Je me pose tout de même des questions par rapport aux deuxième point. Pour le travail des enfants, il n’y a pas à discuter, c’est clair et net quant à l’éthique. Mais je me pose des questions par rapport à la délocalisation. Certes, 0,88€, pour nous, cela peut paraître très peu mais il faut le remettre dans le contexte du pays. Je prends en exemple Madagascar, l’arrivée du business textile étrangers a permis à des centaines de millier de personnes de travailler et le jour où les productions se sont arrêtées parce que justement, l’occident a « consommé moins », ça a été catastrophique et toutes les personnes qui avaient encore jusque là des revenus de 200€ mensuel se sont retrouvées sans rien. Or, 200€ là bas, c’est un salaire -peut-être pas décente- mais permet de payer le loyer et de manger. Alors, je comprends qu’on soit choqué du coût des vêtements par rapport au prix où on les achète mais cesser complètement d’acheter pourrait fermer des usines et ce serait encore pire pour les personnes qui y travaillent….Je ne sais pas. Ma réflexion ne va peut-être pas bien loin mais c’est le constat que j’ai pu faire….

Répondre

Oui bien sûr, tu as raison. Il faut simplement remettre les choses en perspective : en l’occurrence, plusieurs reportages dédiés au sujet prouvaient que les prix était tirés vers le bas et que même avec un coût de vie largement moins élevé, la rémunération proposée n’était pas satisfaisante… loin de là. Délocaliser, oui, mais en respectant c’est mieux !

Merci pour cet article. Perso j’achète beaucoup moins car:
– j’habite à la campagne depuis onze ans donc moins tentée
– j’ai monté la boîte il y a six ans. Revenus en baisse donc obligée de faire des choix.
Et au final je me suis rendue compte que je n’avais pas besoin de consommer autant et que ça ne m’apportait que du plaisir éphémère que je préfère ressentir par un dîner entre amis ou une virée un week end ou en m’offrant parfois un beau vêtement.
En plus j’ai trouvé mon style alors j’achète moins et je gardé longtemps.
Le seul hic c’est que pour les tailles ++ il y a peu de marques sympas et raisonnables niveau prix en boutiques et la fast fashion est souvent moche. Mais j’y arrive. Mon prochain graal? Un beau manteau gris pour l’hiver prochain
Consommer moins mais mieux j’adore!!
Belle journée!!

Répondre

Ahah pareil. Et ce que tu dis sur « trouver son style » est très vrai : plus on vieillit, mieux on sait ce qui nous plait et surtout, ce qui nous met vraiment en valeur ! (ok, ça ne m’empêche pas d’aimer le jean taille haute qui me fait une ligne discutable mais bon, au moins, c’est en toute connaissance de cause :p)

Salut Deedee,

je suis totalement d’accord avec toi et je suis dans cette démarche depuis 2 ans et… ca fait un bien fou ! Finalement le moindre petit achat prend du sens, on perd moins de temps à dépenser et ca laisse plus de temps pour autre chose, l’immatériel, les loisirs,prendre le temps de ne rien faire, de ne rien planifier, de ne rien fantasmer, envier….
Je suis devenue une humble petite couturière (ma petite passion à moi) et je prend plaisir (et le temps) de faire quelques pièces moi-même. Fini le dilemme des conditions de fabrication. En revanche sur la provenance des tissus, c’est la super galère car il y a souvent très peu d’info.
Bref, voilà ce que j’en pense.

Répondre

Oui, tu as raison et c’est bien ce qui rend le sujet si compliqué !

Bonjour,
Votre article est très intéressant, mais juste polluer par les pubs qui apparaissent sur votre blog pour inciter à l’achat de marques qui vendent de la fast fashion…
Bien à vous

Répondre

OUI ! Comme je l’écrivais en réponse à Ju, je ne sais pas pourquoi de la pub s’affiche dans l’article quand on le lit depuis un smartphone… Merci de me l’avoir signalé.

Bonjour et merci pour cet article !!
Il m’arrive d’acheter dans les grandes enseignes types H&M, promod (j’ai pas un gros budget). Pour ma part je porte ce que j’achète. et j’attends qu’ils soient vraiment abimés pour le donner ou le jeter (je les uses jusqu’au bout). Je mets plus d’argent dans les chaussures et jeans, ainsi que le manteau (j’en achète un tout les 4 ans, voir plus, si il est vraiment de qualité). j’essaie de privilégier l’utile et la qualité plutôt que d’acheter une pièce trop farfelue que je vais mettre une fois (même si j’y arrive pas toujours.. nesuisvrémentpaparfaite).
Pour les sacs j’essaie de trouver quelque chose de qualité (pas trop moche quoi et pas trop bling bling) sans matière animale (leur sort m’intéresse depuis peu) mais franchement c’est pas facile. il y des sacs vegan mais que je trouve laid ou vraiment pas pratique. Si vous avez des adresses <3 <3..
voilà !

Répondre

« J’ai pas un gros budget » : tu pointes très précisément la raison #1 pour laquelle on ne peut pas changer du tout en tout. Parce que consommer mieux implique de trouver d’autres solutions : acheter un seul beau Tee Shirt vs 5 pas chers, consommer de la seconde main, etc. etc.

Promis, je m’attelle vite aux sélections de fringues bien et pas hors de prix 🙂

Hello !

J’approuve totalement ton article ! J’ai la chance de ne jamais avoir ressenti le besoin de consommer. Et 80 achats de fringues par an, ça me semble énorme, je dois en acheter une petite dizaine et encore !

Répondre

J’avoue, c’est une grande chance ! :p

Alors je sais que c’est difficile de faire sans la pub, tout ça, mais c’est quand même un peu ironique qu’au milieu de ton (très bon) article, s’affiche un gros bandeau SheIn…

Répondre

Tu es sur terminal mobile non ? J’étais horrifiée ce matin en voyant ça : je n’ai que très peu de pub sur le blog, seulement dans la colonne, pas au coeur de l’article. Et je la choisis… Donc clairement, on oublie SheIn qui est le pire du pire, indeed. Je vais creuser.. Merci de me l’avoir signalé !

Absolument d’accord! Malheureusement pas aussi facile que je ne le croyais.
Moins mais mieux, je poursuis cet objectif depuis quelques mois déjà mais les soldes ont eu raison de moi :s une fois déjà.
La motivation est là, même s’il n’est pas toujours facile de savoir vers quoi se tourner. Réduire me semble être un bon début pour moi, changer de « crèmerie » l’étape suivante peut être.
Merci pour cet article.

Répondre

Mais oui ! Franchement, on ne peut pas opérer un changement aussi drastique d’un coup. Ça prend du temps, c’est bien normal (ou alors je me cherche des excuses…)

Bravo pour cet article, qui j’en suis sûre contribuera un peu à faire évoluer les comportements…Pour ma part, j’ai dû faire le tri dans mes vêtements et les ranger dans des cartons, le temps de faire des travaux chez moi…Et bien, je me suis aperçue que ce que je portais au quotidien tenais dans…3 cartons! Et j’ai même eu du mal à me souvenir de ce qu’il y avait dans les cartons restants… Du coup, je suis en train de constituer une garde-robe essentielle beaucoup moins volumineuse qu’avant. Et je cible mes achats en fonction de leur utilité et de ce que je possède déjà. Je recherche la qualité, ce qui est possible quand on achète moins (une belle pièce qui dure plutôt que plusieurs achats compulsifs de qualité bof et vite démodés).

Répondre

Pareil. Moins mais mieux, ça s’applique aussi au style : j’ai quelques pièces un peu exubérantes mais finalement, je me compose une garde robe simple et efficace : un jean bien coupé, un beau trench… Des basiques que je peux faire tourner facilement.

Je suis plus que d’accord avec tout ces points et j’en prend de plus en plus conscience, mais qu’il est difficile de changer ces habitudes! Comment se débarrasse-t-on de ces pulsions d’achats nourris a coup de pubs télé, vidéo Youtube et presse féminine?
D’un côté on nous fait prendre conscience de ces aberrations concernant les conditions de production et d’un autre ont nous propose des chaînes de moins en moins cher pour nous permettre de consommer encore et toujours plus. J’ai toujours du mal à résister à l’appel du T-shirt à 2€ chez Primark (surtout pour ma fille qui vas le flinguer a coup de chocolat et tomates cerises…).

Répondre

Complètement d’accord : changer prend du temps, arriver à comprendre les rouages de production aussi. On est un peu schizo mais je me plais à croire que nous sommes la génération charnière, celle qui commence à lever le voile pour que les générations futures aient toutes les cartes en main.

Depuis quelques mois, je me suis rendue compte que trouver un vêtement ou une paire de chaussures en friperie était 10 fois plus satisfaisant que d’acheter un pull ou un jean chez H&M. J’essaie de m’y tenir et n’ai même plus envie d’aller trainer dans les grands magasins. Pas plus tard qu’hier j’ai trouvé une sublime paire de mocassins Céline à 7€ !!! J’étais Cendrillon enfilant sa pantoufle !
Je suis créatrice de bijoux, artisane et le fait de me mettre à mon compte m’a fait prendre conscience qu’il fallait consommer mieux et moins, et faire travailler les créateurs de talent et non les grandes chaînes.

Répondre

Humpf. Moi j’aime pas trop les friperies, j’avoue. J’aime l’idée du vêtement qui a plusieurs vies, mais la plupart du temps, il y a cette odeur si caractéristique des friperies que je déteste.. ! Bon, ça ne m’a pas empêchée d’acheter plusieurs shorts Levi’s, un 501 et quelques foulards hyper beau. De là à en faire un mode d’approvisionnement principal.. Il me reste un peu de marge 🙂

Dans cette démarche également, j’achète moins mais mieux. Sauf (il y a un sauf ^^ ) pour mes mômes! J’ai 3 filles, des pré-ados/ado et là malheureusement je n’ai pas le budget pour acheter ethique… alors bien sûr il y a des échanges de fringues (mais parfois pas les mêmes gouts, pas la même morpho…) mais aussi des périodes où en l’espace de 2 mois elles grandissent d’un coup et il fait completer la garde-robe… alors on jongle: pièces de qualite pour tout ce qui est manteau, veste, chaussures… (mais elles ont 1 manteau, 1 paire de shoes pas 4… par saison), sous vêtements/pyj (petit bateau qui peut etre lavé, relavé, séché en machine et passe d enfant en enfant), et pièces moins chères de grande distrib pour suivre: le rythme, la mode, les saisons… en essayant de ne pas acheter pour acheter tout en variant quand même… exercice perilleux avec des ados ^^ le pire: les accessoires!!! Elles ont tjs envie d acheter bijoux, pochettes, gadgets, casquettes etc fait lutter!

Répondre

Mais comme j’aime lire ce genre d’article !!!!!
Cela fait des années que j’ai pris conscience un beau jour que je devais consommer moins, mais mieux.
Je bosse en cabinet de conseil et tous les jours je gueule sur des patrons français qui ne respectent pas les lois sociales, fiscales et dont les rapport RSE sont une montagne de blabla insupportable. Alors comment accepter d’acheter des produits fabriqués par des entreprises à l’autre bout du monde qui ne respecte rien, ni personne ? Il était donc naturel qu’en plus de manger local et bio le plus possible, j’allais désormais acheter moins de vêtements, mais uniquement de la qualité et du fabriqué en France ou à minima du made in Europe.
Pas une seconde je ne regrette d’avoir changé mon mode de vie! Ma gare robe s’est allégée, mais qu’est-ce qu’elle est belle ! ^^
Cette cause me tient tellement à cœur, que je viens de lâcher mon job pour me lancer dans l’aventure folle de l’entreprenariat pour créer un site de vente en ligne uniquement de vêtements fabriqués en France.

Répondre

Hello,

J’adhère totalement et j’ai du coup plein de trucs à dire mais je vais essayer de me limiter:
J’ai lu un article sur un centre commercial ouvert en Suède constitué de magasins qui ne proposent que de la 2nde main, je trouve le principe super.
Pour les petits budgets, il y a justement l’option « occasion » qui est top
J’ai découvert récemment que H&M récupérait toutes tes vieilles fringues qui sont recyclées via 3 réseaux distincts en fonction de leur état (initiative sympa d’un acteur majeur de la fast fashion), je trouve que c’est super car il y a recyclage pour les chaussettes trouées et tous les trucs pas en état d’être donnés
Et, l’IDEE du jour, est qu’ils devraient introduire un système d’étiquetage identique à celui de l’alimentaire avec du vert, orange et rouge, du coup, tu peux consommer propre ou pas mais de manière lucide
Je confirme que sur les grandes tailles, on maitrise le minimalisme depuis belle lurette, du coup, même pas mal!
J’ai toujours été un peu minimaliste sans le savoir, tout en maitrisant la prose etc…
Bises

Répondre

Complètement d’accord avec ce principe d’étiquetage qui permettrait d’y voir beaucoup plus clair !

Bises 🙂

Difficile sujet en effet! J’ai une règle maintenant, j’attends une semaine avant d’acheter. Si ca me reste dans la tête c’est que c’est un vrai coup de cœur. Je me fixe 1 budget aussi et je me rends compte que je m’y tiens assez bien.
J’achète beaucoup d’occasion. Les coup de tête des unes font parfois les coups de cœurs des autres et je me sens moins coupable quand je donne une seconde vie à une fringue qui restait au chaud dans un placard!

Répondre

Salut Deedee !

Article très intéressant et qui reflète bien ton avis sur la Fast Fashion. J’avoue depuis quelques semaines tenter de trouver des alternatives à toutes ces choses qui polluent notre quotidien, mais j’avoue que ce n’est pas évident.

Néanmoins, j’ai réussi à trier ma garde-robe, en ne gardant que ce que je mets réellement et j’ai revendu le reste. En ce qui concerne mes futurs achats, je vais essayer de trouver des marques bio, sans produits chimiques et/ou made in France (sans oublier l’occaze). Si vous avez des idées, je suis preneuse !

Bisous !
Aude

Répondre

C’est important de parler de tout ça!…
Personnellement, ayant grandi dans le monde du vintage et de certaines ventes privées, j’ai pu m’offrir jeune (sans gros budget, mais faut dire que tout passait en fringues) de « belles » pièces et de ce fait suis allergique au polyester et à la viscose de mauvaise qualité. Donc jamais fan de H&M and co…
En revanche, je constate avec les années que la qualité de toutes les fringues a baissé (à part le pàp de luxe, et encore) alors qu’en même temps les prix de toutes les marques ont augmenté et ça m’énerve… d’autant plus que la mode pousse à des vêtements de plus en plus mal coupés/sans forme. Ce qui est prticulièrement vrai des jeunes marques qui sont souvent tenues par des personnes qui ne savent pas coudre et ne comprennent pas les formes du corps féminin (vêtements pensés pour des femmes aux corps d’hommes et j’en passe).
Bref, il faut évidemment arrêter la fast fashion parce qu’un t-shirt ne devrait pas coûter le prix d’un jus d’orange en terrasse, mais où se tourner pour trouver des vêtements bien pensés et bien fabriqués?
Personnellement, je cherche encore…

Répondre

C’est très intéressant et je ne vais pas dire que c’est un problème de femme mince, ça nous concerne toutes, mais faisant partie des grandes tailles, j’achète quand je trouve quelque chose qui me plait et qui est à ma taille c’est déjà pas évident, alors si en plus je supprime les enseignes comme Asos et New Look je ne sais pas vers qui je peux me tourner.
J’aimerais bien acheter un beau jean fabriqué en France, en taille 50 je n’en ai pas trouvé, j’adorerais aussi casser ma tirelire pour un trench Burberry mais pour ça il faudrait que j’arrive a perdre un peu de poids.
Faudrait que je compte mais je pense plutôt faire parties des 25 achats par an que des 80, ça fait une moyenne de 2 achats par mois c’est déjà pas mal. (Ca depend si on inclus les sous vêtements et les chaussures, si c’est le cas je dépasse un peu)

Répondre

Bonjour Deedeee,
Suite à mon article sur le même sujet que je t’avais envoyé, j’étais impatiente de lire la façon dont tu allais traiter le sujet. Enfin ! Suite à cela j’ai aussi fais un GROOOSSSS detox dressing histoire de privilégier la transparence des étiquettes…bossant dans le textile, forcément la chaîne de prod est un sujet qui m’intéresse.
Autant te dire que la lecture des étiquettes n’a pas non plus été une mince affaire !
Je me suis du coup amusée à envoyer une petite lettre formelle à chaque service client où le pays de fabrication n’était pas clairement mentionnée…et y a un paquet de marques qui opèrent de cette manière.
Bref être un consommateur juste c’est sacrément compliqué ! bises

Répondre

Le tourisme est déjà passé à la mode Slow… A quand la même pour la mode ?

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram